Pensée du jour

La bonne humeur

OIP.jpggfr

 

La bonne humeur met en fuite toutes les peurs
Qu’elle demeure notre fidèle amie, cette fille du bonheur
La bonne humeur saisit les beautés de cette réalité
Rend le sourire sur le visage de notre vérité
La bonne humeur, belle de nos jours
Prend soin en notre âme de son amour.

Jeanne23

Cette Joie

th

Qu’elle est belle la Joie ! Nous voulons l’inviter
Viens chez nous c’est la fête ! C’est pour tout oublier
Aussi vite repartie, on attend ton retour.
Mais pourquoi n’es-tu pas avec nous tous les jours ?

 

J’aimerais te garder que tu sois toujours là
Pas seulement de passage  Viens habiter en moi
Que ce soit maintenant sans attendre demain
Trop souvent je t’ai vue et aperçue au loin.

Je t’ai bien recherchée à travers ce monde
Mais pourras tu te plaire dans ce coeur qui s’inonde
De choses que la terre ne peut satisfaire
Mais regarder vers le ciel et saisir la lumière.

StPierre à CAPHERNAUM

Alors tu es venue pour ne plus me quitter
La joie, la joie d’en haut  tu as pu t’installer
Et si parfois j’ai peur sans cesse tu me rappelles

thXPUQUWFK

Que Dieu m’a donné des valeurs éternelles

 

L’attente

Les années se transforment en jours
Mais les jours restent sombres
Rêvant d’une vie comme les autres
Un peu d’amour.

Ma vie si compliquée
Des rêves inachevés
Des rêves jamais réalisés
Et pourtant tant espérés.

L »attente me pousse à écrire
Je ne peux plus sortir
Enfermée dans ma maison
Comme si j’étais dans une prison.

Certains actes sont irréparables
Les jours sont semblables
Personne ne m’entends
Personne ne me comprends.

Des souvenirs qui inondent mes pensées
M’empêchant d’avancer
Marre de souffrir
Envie de mourir.

Tant de larmes
Les larmes qui coulent sur mon visage
Mon coeur qui fait naufrage
Je n’ai aucune force de retenir mes larmes.

Je suis assise ici
triste et solitaire
Plus envie de me taire
Je ne veux plus de cette vie.

Au fond de mon regard
On peut lire la douleur
Je souffre de mon malheur
Ma vie est comme de l’art.

Je suis perdue
Ma misère me tue
Je pleure de mon sort
Tout ce qui me vient à l’esprit est la mort.

Du mal à retrouver le sourire
Je ne peux qu’écrire
Tout est fini
Marre de vivre

A force de m’ennuyer
Quelqu’un viendra me réveiller
Ouverte sera la  porte
Je serai morte!

jeanne(ParDamYsa)p1

Ô désespoir écoute mon Cri !

Désespoir

Vois-tu ce qui sommeille en moi
Vois-tu l’eau qui a coulé sous mes pieds
Vois-tu mes mains qui inspirent
Vois-tu mes yeux dans les tiens
Vois-tu ma bouche qui dicte mes mots
Vois-tu la création dans ma tête
Vois-tu mon mur d’expression ?

240_F_196210700_M9EZICHlXCzCZFZyOduq7SXJ9mEOWAuj

Désespoir

Vois-tu les murmures de mes maux
Vois-tu mes larmes qui coulent en silence
Vois-tu mon coeur qui bat la mesure de mon âme
Vois-tu le cri de mon être
Vois-tu la liberté qui coule dans mes veines
Vois-tu la femme que je suis ?

Jeanne 17

Ma Destinée

Comme l’eau stagnante d’une rivière morte
L’histoire d’une vie qui me reporte
De l’espoir aux démons que je supporte
Je hante mon quotidien, simple cloporte
Une étincelle émotionnelle qui se nourrit d’un rien
Une addiction virtuelle qui me maintient

OIP

Jamais je ne pourrais sortir de ces entretiens
Un sourire, un geste maladif je me contient.
Au fond de moi comme un trésor de vie
Sublimer cet espoir, une question de survie
Ô combien admettre son manque d’envie
Que ce jour là enfin arrive, ma destinée sans son avis.

Jeanne10

Insomnie

Insomnie au bord du lit
Quand je partage mes états d’âme

insomnia-2434953__340

Immobile, je digère mes pensées
Des histoires à dormir debout
Du moulin à paroles dans ma tête
Mes tourmentes qui tourbillonnent

heart-2081672_960_720

Dans mon esprit je m’envole
Un pas de trop, je perds pieds
Tours et tournelles de tourterelles
La tourmente m’écœure

OIP.jpg65

Glisser entre les draps froissés
Plonger dans la pesanteur du matelas molletonné
Une minute de silence m’apaise
soliste au bord du Nil

la ville enchantée plongée dans la nuit est le miroir de mon mirage
Les prémisses du matin déjà me narguent
La trace de l’oreiller tatoue ma joue d’une nuit mouvementée
Mon petit coeur mou broyé s’éveille pour une nouvelle journée

sans-titre.png 112

 

Mes pleurs

Mes pleurs sont à moi, nul au monde

Ne les a comptés ni reçus

Pas un œil étranger qui sonde

Les désespoirs que j’ai conçus

20171008_150017

L’être qui souffre est un mystère

Parmi ses frères ici-bas

Il faut qu’il aille solitaire

S’asseoir aux portes du trépas

chrysanthemums-bouquet-74949__340

J’irai seule et brisant ma lyre

Souffrant mes maux sans les chanter

Car je sentirais à les dire

Plus de douleur qu’à les porter