Apprendre à faire  » SILENCE  » – Un Chemin de Vie Intérieur

Le SILENCE , Et si on parlait ? Ce grand oublié peut devenir un allié précieux pour nous aider à rentrer en nous – même, , mais aussi pour grandir dans l’écoute intérieure et l’attention aux autres.  Un  Sésame pour trouver la paix du coeur.

Le silence est pratiquement éliminé de notre environnement, il en est même pourchassé….

Le vrai  silence n’est pas mutisme mais ouverture.

Il est vrai qu’il y a des silences nocifs qui sont à éviter, car il nous coupent de notre entourage en montant des murs de béton autour de nous.

Le Mutisme est rempli d’amertume, de rancœur,  de paroles intérieures agressives qui font beaucoup de bruit au -dedans. Ce silence là est destructeur et à éviter à tout prix si nous  voulons pas démolir nos proches, mais également nous détruire nous – mêmes.au dedans !

 » Je me suis souvent repenti d’avoir parlé, jamais de m’être tu !  »

Le Silence permet de mieux écouter, c’est logique ! Or,  l’écoute est toute cette partie de l’échange ( qu’il soit avec Dieu, ou avec les autres ), à se centrer, sortir de soi pour se centrer sur l’autre et le laisser exister….Accepter de laisser parler l’autre et donc se taire soi – même, renoncer à envahir l’espace, à se justifier, à expliquer, à convaincre ou à répondre.

C’est difficile a réaliser ; mais c’est un moyen radical pour grandir en disponibilité, en ouverture, en tolérance et développer un sage jugement personnel.

Le silence est le milieu naturel où la vie de l’esprit peut s’épanouir. Sans  un espace de silence intérieur, il n’y a pas de pensées possible.

Ce n’est pas pour rien si le silence joue un rôle important dans diverses formes de prières. On pense ne pas savoir prier, c’est dans le fond sans importance, car Dieu entend nos soupirs, connait nos silences

Le silence est le tout de la prière et Dieu nous parle dans un souffle de silence, il nous atteint dans cette part de solitude intérieure qu’aucun être humain ne peut combler.

Enfin nous avons également besoin de silence pour admirer, contempler, et laisser entrer en nous, la beauté devant laquelle nous nous trouvons.

Le silence nous donne la chance immense d’être en   » communion « 

Personnellement j’ai appris :

  • A garder le silence sur certaines choses qui n’est pas bon de jeter en pâture
  •  A garder le silence sur certains éléments pour les divulguer à un moment opportun et conserver la paix et de bonnes relations avec tous.
  • A garder le silence face à certaines sollicitations qui ouvriraient sur des discussions houleuses.
  •  A garder le silence en face de celui qui s’exprime, le respecter et respecter les silences qui s’instaurent pour favoriser l’écoute et la réflexion.-

En conclusion, ne rien dire est paradoxalement une forme de communication, peut-être la plus évoluée avec soi – même, avec l’autre….

Les anciens disaient  :    » Une eau boueuse ne peut pas être clarifiée si elle ne cesse d’être agitée

 

 

 

 

 

MA PEINE ET MA SOUFFRANCE

Quand mon esprit fringant, et pourtant aux abois

A tout le jour souffert de sa force prodigue,

L’heure lasse du soir vient m’imposer son poids :

Merci pour la fatigue !

 

Peut être que la peur, l’orgueil, l’ambition

Peuvent par leur angoisse aride et hors d’haleine,

Recouvrir un instant ma triste passion

Merci pour l’autre peine !

 

Rétrécissant  sur toi le confus infini,

Je ne situais plus que ton coeur dans l’espace :

Le sombre oubli des nuits te rend ta juste place :

 Sommeil soit béni !

 

Parfois, abandonnée à ma hantise unique,

j’ignore que le corps a ses humbles malheurs,

Mais la souffrance alors m’aborde, ample et tragique

Merci pour la douleur !

 

N’octroyant plus au temps ses bornes reposantes,

Tant le désir rêveur m’offre ses océans,

Tu me désapprenais la mort : elle est présente,

Merci pour  la plénitude, Non au néant !

 

 

 

 » TRISTESSE  » Quand tu me tiens !

Tristesse,  tu t’empares  de moi

L’ennuis me ronge

Alors à vous je songe

Mon sourire c’est dissipé

A l’heure ou j’écris

Un voile terne recouvre ma vie

Pourquoi ce soir mon coeur est si pesant ?

Errante comme une âme en peine

Je voudrais trouver une écoute, histoire de vidé mon coeur

Essayer de comprendre pourquoi cette lassitude

Mon corps est lourd de questions

Mon esprit est embué, cherchant les réponses.

Dans un silence pesant,

Serais-je triste ?

L’amitié est absente, aucune main tendue !

Enfouir en mon coeur les désillusions, le mal être

Ma page est abcès, il me faut l’admettre

Un voile recouvre ma vie si blême

Solitude dans le vide de mes pensées

Criant ma peine par des larmes muettes

Défiant la haine des heures néfastes

Chercher en vain une issue à l’ennui

Seule  du matin au soir avec une musique mélancolique

Rythmant mon chagrin sur la page déjà blanchi

Ecrire…. Ecrire….Ecrire…

Coucher mes rancoeurs comme un remède fantastique

Trouver une écoute

Essayer de comprendre pourquoi cette lassitude.

 

LE DESARROI, BLESSURES ET RETROUVAILLES

Le désarroi,

ma foi

Suffit parfois

Pour retrouver la Voie

 

La Voie

Tant de de Voies

Ma foi

Que de Voix

 

La Voix

Résonnance

Son à outrance

Et une once d’innocence

Innocence

Flagellé par le mensonge

Flagrance

Puis l’absence

 

Absence

Retrouvaille

Instance

Maquis éternel

 

Pour des valeurs

Enfouies dans l’être

D’ici et d’ailleurs

Signe avant coureur

D’une justice sans exactions et sans peur !!!

 

Tu voudrais  savoir

Pourquoi je suis ici

Il faut me croire

La Vie en a décidé ainsi

J’ai traversé les déserts

J’ai franchi des mers

Touché des frontières

J’ai fait un tours aux enfers

 

Les nuits je courais

En journée je dormais

A l’aube je marchais

A midi je me cachais

 

J’ai vu des choses

Que mon âme n’ose

Même vouloir partager

De peur de t’inquiéter

 

Mais comme tu tiens

A savoir ce qui s’est passé

Je te raconte tout

A travers le titre

Ma foi, Le désarroi

Et fini les blessures, vivons les retrouvailles !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

POURQUOI Y-A-T-IL DES GENS MECHANTS DANS LA VIE ?

Il est vrai que la vie serait beaucoup plus facile et agréable si tout le monde était gentil : plus  de conflit, plus de guerre, plus de profit au détriment des autres etc.…….. malheureusement, il faut être réaliste : Un tel monde n’existe pas. De nombreuses personnes se conduisent très mal.

Tout d’abord je précise que certaines personnes font du mal sans le vouloir ou sans le savoir. Ils ne s’en rendent pas compte.! Il y a de nombreux exemples : comme quelqu’un qui te fait une réflexion désagréable ( sans imaginer que cela peut te blesser )

D’autres personnes peuvent donner l’impression de faire du mal, mais ils agissent avec le sentiment de faire ce qu’ils doivent faire. Ce peut être le cas d’un juge qui prononce une lourde condamnation, ou même un professeur qui renvoie un élève de sa classe : ils obéissent à des règles au risque de paraître  » méchants »

Mais il existe aussi des gens qui sont délibérément méchants , qui prennent la décision de faire du mal à autrui, que ce soit verbalement ( par des mots ), physiquement ou par tout autre moyen.

Il faut comprendre que la plupart des gens méchants sont en réalité malheureux leur attitude est donc le reflet de leur humeur, leur méchanceté est l’expression de leur mal-être.

D’ailleurs, on connait tous des moments où l’on n’est pas contents, on est alors capables d’être très désagréables, y compris avec ceux qu’on aime. Certaines personnes sont dans cet état quasiment en permanence.

Cela ne les excuse pas forcément, mais ça permet de ne pas trop leur en vouloir.

Il y a un proverbe qui dit «  Ne souhaite pas aux gens méchants d’aller en enfer, ils y sont déjà « .

 


 

Méditation sur l’Indifférence

On frappe à la porte

Impossible

Parfaitement impossible

Puisqu’il n’y a pas de porte

A quoi bon d’ailleurs

Puisqu’il n’y a pas de murs non plus

Ni fenêtres à fortiori

 

Mais alors qu’est-ce qui nous sépare ?

L’indifférence !

Seulement l’indifférence .

C’est quoi l’indifférence ?

C’est l’absence  de lumière

En plein jour.

Quand l’indifférence s’installe, qu’est ce qu’il reste au final ?

Plus RIEN,

sinon les adieux, et pas seulement tourner la page, mais la déchirer au cas où un vilain petit vent tenterait de la rouvrir.

Un doute….

Pas grand chose…. des souvenirs….des fois !

Des regrets, que çà aurait pu être mieux.

Mais on a aussi le pouvoir de tout changer, avec de la bonne volonté.

A quoi bon rester ensemble, Amoin d’en trouver la cause d’arranger çà….

Peut être des souvenirs s’ils sont bons, sinon il ne reste que du vide.

RIEN et tout se perd dans notre labyrinthe cérébral

Et ce n’est pas forcément plus mal

L’indifférence est le plus grand des Mépris.

 

 

LE BON SENS

La meilleure morale est celle du bon sens.

Pour obtenir l’estime, il est le plus sûr guide

Moins saillant que l’esprit, il est bien plus solide.

Et ne s’égare point en sophismes brillants.

S’appuyant sur les faits, il avance à pas lents

Toute subtilité se brise à son égide

Tout système faux, il démontre le vide

Par lui tout est soumis à l’épreuve du temps.

Ce qui doit choquer ne peut être durable

L’exagération le trouve inexorable

Il réduit chaque chose à sa juste valeur.

Des folles passions, il blâme le délire

L’orgueil philosophique éprouve sa rigueur

Et la vérité seule a sur lui l’empire.