Pourquoi tant de Regrets

Qu’est devenu ce temps si regretté
Du jeune amour dont j’ai gardé l’image ?
Tel que l’éclat d’un vague et doux mirage,
Hélas ! a-t-il même existé ?

Ô vision du cœur, vision qui s’achève
Dans un dernier soupir,
Dis, n’es-tu pas un rêve
Plutôt qu’un souvenir ?

Et cependant je la vois comme alors,
Sous l’auréole où ses fraîches années
Devaient au vent de Dieu tomber sitôt fanées,
Comme le font tous les trésors !…

Ô vision du cœur, vision qui s’achève
Dans un dernier soupir,
Dis, n’es-tu pas un rêve
Plutôt qu’un souvenir ?

Dieu la voulu, j’ai pleuré ce vouloir
Qui sur la terre éteignait tant de charmes ;
Mais ma croyance en lui sait, au milieu des larmes,
Où peut s’écouler mon espoir…

Ô vision du cœur, vision qui s’achève
Dans un dernier soupir,
Dis, n’es-tu pas un rêve
Plutôt qu’un souvenir ?

Jeanne12

Pas jolie ! la Moqueuse

Qu’ai-je découvert ? Vous êtes railleuse !
Cela vous a prise on ne sait comment
D’abord, j’ai trouvé que c’était charmant
Tant que votre esprit a fait seulement
Sur autrui pleuvoir sa verve muqueuse
Mais, quand vous l’avez tourné contre moi
J’ai senti mon cœur se crisper d’effroi

thDSQ3UBE3

Ce n’est, dites-vous, qu’une expérience
S’il en est ainsi, s’il s’agit de voir
Jusqu’où de railler va votre pouvoir
S’il faut un ami pour le bien savoir
Je suis très flatté de la préférence
C’est une faveur plutôt qu’un danger
Mais je ne tiens pas à la prolonger

thGPH3QGU5

L’épreuve, d’ailleurs, n’en est plus à faire
Vous avez montré de rares talents
Désormais chacun sait, à mes dépens
Comment votre esprit immole les gens.
Qui cessent d’avoir le don de vous plaire
Pour votre victime, ah ! prenez pitié
N’abusez pas trop de mon amitié

th88JBYLU7

Certes, aiguiser bien une fine lame
Lancer à-propos le poignant acier
Le planter au cœur sans faire crier
N’est pas un succès qu’on puisse oublier
On s’en souviendra, beaucoup trop, Madame
S’il venge un affront, le coup est mortel
Si ce n’est qu’un jeu, c’est un jeu cruel

th17H1EEAK

Cruel pour autrui, fatal pour vous-même !
Car c’est vainement qu’on veut consoler
L’ami qu’un sarcasme est venu troubler
Un charmant sourire, un tendre parler
Ont beau lui prouver que toujours on l’aime
Du poison laissé par le trait moqueur
Toujours un levain fermente en son cœur.

 

th8ANXY0X8

A mes chers disparus

chrysanthemum-1385932__340

Je veux écrire  pour mes défunts que j’ ai vu mourir
Les morts ne meurent pas, ils vivent au pays des rêves sans plus souffrir
Le jour de La Toussaint, ils reviennent sur terre habiter nos souvenirs
Les défunts ont pour nous un message : un jour la vie doit finir

Message spirituel  pour nos anciens qui manquent à nos vies
Prière de poésie pour nos amours perdus, partis bien trop tôt au pays des rêves
Prière poétique pour un être cher, chair de ma chair, dont la vie a été brève
Mots d’amour, en ce jour qui célèbre les morts, où le souvenir à la mort survit

A ceux et celles qui ont rejoint le Paradis des Saints et des Hommes justes, je veux dédier ce poème
Discours au ciel pour vous dire en ce jour Saint combien je pense à vous et combien je vous aime
La mort n’est rien quand la vie a été aussi belle, vous vivez à travers mes souvenirs mes  émois
Mourir n’est pas une fin quand la Foi en l’ amour vous rend si présent sous mon toit

chrysanthemum-4488355__340

En ce jour de Toussaint, je veux vous tenir la main pour ne plus jamais la lâcher

 vous me manquez tellement, je vous aime, un amour pour l’éternité
Je me souviens de vos sourires qui même dans le désespoir me faisaient espérer
Je me souviens de vos regards et de vos baisers, des messages d’amitié et de fraternité

Votre décès m’a tellement fait pleurer, je me suis noyé dans des larmes de douleurs
Vos  âmes sont venues me visiter pour me dire de vivre, de ne jamais renoncer au bonheur
Vos départs  : un naufrage, j’ai perdu tous mes repères, j’ai perdu le goût de la douceur
Vos belles âmes sont venues me visiter pour m’enseigner que vous restez  vivants en mon cœur

angel-3668791__340

 

 

La vie n’est pas facile

Libre de penser, de rire et d’aimer
Profiter des secondes de bonheur
De paix, de joie et savoir décider
Sans aucune crainte et sans peur
Savoir dire non, oser et choisir
Construire, entreprendre et bâtir

Il suffit de si peu de chose
Un peu de courage si j’ose
La vie n’est pas toujours facile
Mais il suffit de redresser la tête
D’affronter certaines adversités
Avec beaucoup de sincérité

Suivre son cœur, ses pensées
Ses choix et ses propres idées
C’est alors et seulement ainsi
Que l’on devient acteur de sa vie

Il faut dans la vie savoir aussi
Tendre la main à qui en a besoin
Sans espérer un retour… ni rien
Juste se dire que c’était bien

Alors s’installe l’harmonie avec soi-même
Et ainsi le monde parait presque parfait

Jeanne18

L’amitié du Sage

L’amitié seule est le vrai bien du sage
L’amour trompeur
Par l’ombre du bonheur
Dupe souvent le coeur
L’amant le moins volage
Dit aux pieds de l’Iris
Dont ses yeux sont épris
L’amitié seule est le vrai bien du sage

Balade en radeau n°2

Souvent l’amour nous conduit au naufrage
Un calme heureux
D’abord comble nos vœux
Mais bientôt dans les cieux
Se forme un noir orage
Le plaisir disparaît
Arrive le regret
L’amitié seule est le vrai bien du sage

coR3UGzRUp7FLeNRBpKxvq4URwY@550x483

Que l’amitié soit donc notre partage
Dans son lien
Notre cœur sera bien
Nous ne craindrons plus rien
Par un rare assemblage
Nous verrons le plaisir
Naître au sein du désir
L’amitié seule est le vrai bien du sage

img305

L’amour est fait pour le printemps de l’âge
C’est une fleur
Mais qui perd sa couleur
Dès qu’écartant l’erreur
La raison l’envisage
Le cœur longtemps dupé
Reconnaît qu’il est trompé
L’amitié seule est le vrai bien du sage

en route pour HOIAN 3 Jeanne avec une Viet

L’amitié donne un paisible ombrage
Toujours en paix
Sous son feuillage épais
De l’aquilon jamais
On ne craint le ravage
Ses rameaux toujours verts
Affrontent les hivers
L’amitié seule est le vrai bien du sage

DSCN6776

 

Que l’amitié chez nous soit l’apanage
Du sentiment
Quand le coeur est constant
Son lustre est plus brillant
Rien n’en ternit l’image
Aucun masque imposteur
Ne rend son air trompeur
L’amitié seule est le vrai bien du sage

img034Jeanne22

 

 

 

L’Ego du Paon

 

 

Il vous est sûrement arrivé de croiser sur votre chemin des gens vaniteux. Des gens qui aiment à se faire valoir quitte à ajouter 2/3 couches de mythos à leurs (auto)-éloges ?….

green-4521771__340

Mais savez-vous vraiment pourquoi ces personnes sont comme cela ? et surtout ce qui se cache vraiment d’un point de vue purement psychologique : Absence de toutes valeurs intrinsèques ! L’individu qualifié de vaniteux cherche à vanter ses mérites sans que ceux-ci ne soient fondés. Il pourra user de mensonges pour se faire valoir. La vanité est un signe de l’étroitesse du champ psychologique de l’individu qui en fait preuve, ainsi que de sa faiblesse affective. Elle s’accompagne des pathologies comme l’hystérie et la mégalomanie et est souvent en rapport avec des pratiques érotomaniaques.

peacock-163652__340

Tout d’abord,  la vanité est l’une des grandes causes de nos difficultés. Nous sommes toujours,  à cause de l’angoisse, de la peur de soi, de la peur des autres, en train de justifier nos actes et d’adopter une démarche qui, essentiellement, met l’accent sur la vanité.

La vanité, désigne habituellement une certaine nuance de traits caractériels (fatuité, prétention, orgueil, arrogance, etc.). À première vue, les différentes attitudes vaniteuses ne semblent guère avoir de lien génétique. À plus forte raison, elles ne présentent apparemment, à l’observateur extérieur du comportement, aucun lien avec d’autres attitudes déficientes comme, par exemple, colère, paresse, timidité.

peacock-2479717__340

Le préjugé vaniteux le plus indéracinable consistera à prétendre que toute auto-observation objectivante – objective de soi-même – et, par conséquent, tout véritable moyen d’assainir l’auto-aveuglement vaniteux, sont impossibles.

La fausse auto-survalorisation vaniteuse ne peut être que le contre-esprit par excellence,  La fonction valorisante de l’esprit est d’une portée non seulement théorique mais éminemment pratique. Son but est de juger chaque désir et l’ensemble des désirs afin que les jugements de valeur parviennent sainement à les hiérarchiser en vue de leur future réalisation sensée. La déformation vaniteuse – notre système de défense, autrement dit – prive la fonction valorisante de sa lucidité. Par suite d’aveuglement vaniteux, le psychisme est constamment débordé par la survalorisation ou la sous-valorisation des désirs, ce qui dérègle l’activité.

Ce n’est pas facile d’accepter qu’une bonne partie de notre difficulté d’être vient d’une forme de vanité et de survalorisation de nous-mêmes.

la déformation vaniteuse aboutit à la destruction complète de la lucidité d’esprit. Parce que, bien sûr, on ne peut pas être lucide si on se garde constamment sur la défensive en mettant l’accent sur la survalorisation. Pour échapper au sentiment de ne pas être à la hauteur de la situation, en quelque sorte. Il arrive qu’on se retrouve alors comme suspendu entre l’affectivité aveuglante, – les émotions si vous voulez ,– et la spiritualité élucidant.

Autrement dit, le système de défense repose sur la vanité et cela se transforme en fausse motivation pour alimenter cette vanité. Il faut prendre conscience de cette fausse motivation. D’où l’introspection qu’il faut faire  pour dissiper l’obscurcissement affectif. « Cela consiste à se voir tel que l’on est, pour arriver à saisir la vérité sur la psyché humaine, comprendre le système de défense à l’intérieur de chacun de nous .

thXGMIB7HB

Le combat contre la fausse motivation est donc le moyen méthodique de l’introspection  par rapport à la rétrospection.

Mais c’est extrêmement difficile de se voir tel que l’on est de ce point de vue-là.  La source de l’insanité originairement inhérente à la fonction valorisante de l’esprit est l’affectivité égocentrique, l’excès d’amour propre, la fausse survalorisation de soi-même.

L’envieux,  se sent obligé de combattre, et cela se traduit par le renflement de l’ego. Il investit une énergie considérable à s’auto-justifier et à s’auto-valoriser.

Dans la mesure où l’homme est atteint de déformation vaniteuse – et nul n’en est parfaitement affranchi –, il inclinera à prendre ses préjugés pour des vérités indiscutables et à tenir ses actions pour infailliblement justes.
 » Le vaniteux parvient à se dérober à l’observation intime grâce à d’incessantes métamorphoses . il trouve toujours des façons de se cacher, de dissimuler son fonctionnement aux autres et à soi-même – en s’imaginant que nul ne s’en aperçoit… .

butterfly-2176017__340

 

 

 

 

Les doux mots font exister

Parfois, il est si bon d’entendre de doux mots

Pour gonfler le coeur d’un amour bien plus fort

Ces paroles apaisent chacun de nos maux

Et notre âme en  a si soif  ! qu’elle nous dit  » encore »

IMG_0900

D’un sourire ou d’un geste, on repart plus serein

Transmission de gaieté qui croît au fond de nous

On se dit : c’est si bon de se tenir la main

« Je » n’est rien comparé à ce précieux «  nous «  

IMG_20190101_135425.jpg 13

 

Offrir ce que l’on a de plus cher, notre amour

Donner sans limites, sans attendre en retour

Et se sentir aimé

Et se sentir aimé….

Capture d’écran 2018-10-12 à 17.56.24

La Vie est bien plus belle en votre compagnie

Amis m’accompagnant à chacun de ces pas

Sans vous n’existerait d’avancer mon envie

Car ces liens m’ont nourrie et ôtée du trépas

IMG-20181201-WA0014

Et puis, une autre part se crée la poésie

Apaisant mes douleurs et estompant mes peines

Instant d’éternité, ma plume écrit

Evitant à mes maux, ces tristes chrysanthèmes

chrysanthemums-bouquet-74949__340

Recevoir en cadeaux  de douces pensées

Merci ne suffit plus, en être si touché

Et se sentir aimé

Et se sentir aimé….

thumb_IMG_6935_1024