REFLEXION D’UNE GRAND-MERE

L’inexorable  glissage des ans

Quand j’étais enfant, j’étais pressée de faire partie des  » Grands008_0014

 

Encore dans les langes

La tête dans les nues

Innocente comme un ange

Et puis c’est arrivé

A quinze ans je rêvais à un bel avenir, au futur garçon qui me ferais sourire

A Vingt ans on commence à découvrir la Vie, le monde du travail, les joies , les petites peines. et surtout fière de mes attributs.003_0011003_0010

A trente  ans, le mariage, l’arrivée des enfants007_0004 Je  suis encore belle !

Mais un beau jour par hasard , je me regarde la tête dans un miroir Seigneur j’ai une , deux,  trois rides, des cernes sous les yeux. Constatation morbide :  J’ai pris un coup de vieux !!! Ma beauté détale Je ne comprends plus. j’ai  cinquante ans!!!

commence les ennuis,  les enfants sont partis. Il ne reste que le chien. Quand je rencontre des amies ,  je trouve qu’elles sont décaties,   Pourtant la vérité est là Moi aussi je deviens  » décatie »  et cela  fait un drôle d’effet.!!!

La perte  d’êtres chers.007_0049007_0042

Et plus tard  Soixante ans, soixante dix ans , il faut bien accepter la déchéance physique avec joie et sourire à la vie  en se souvenant de la jeunesse, des beaux jours passés. rien d’extraordinaire  il y a un temps pour tout

A quatre vint ans J’ai des petits enfants  , c’est chouette !

Bonne fête à toutes les grands-mères

 001_0070

La Tranquillité de l’esprit, une vertu associée à la Retraite

Le jour où j’ai pris ma retraite ( 26 ans cette année ), j’ai senti qu’un poids venait de m’être enlevé des épaules. Pourquoi ? Simplement, ce jour-là, j’ai réalisé que désormais, je serai mon seul maître après Dieu

le fament roseEn quittant le travail, plusieurs choses allaient changer dans ma vie. D’abord, plus aucune obligation de suivre un horaire quelconque. Je pouvais me lever et me coucher quand cela faisait mon affaire. Toute une nouveauté ! quand notre vie a été réglée par les horaires de l’horloge de la société humaine, c’est un superbe cadeau que de pouvoir faire ce que l’on veut de son temps. Mais j’ai eu une période d’adaptation, c’était une nouvelle vie qui commençait. Le désir d’avoir la paix, d’éviter les confrontations et de se simplifier la vie, tout en gardant un beau sourire pour tout le monde, est omniprésent.

Durant ma vie , j’ai vu beaucoup de luttes de soi et d’ambition, en vue de réussir sur le plan professionnel, pour se tailler une place dans la société. Aujourd’hui, tout cela me paraît futile et désuet. On s’aperçoit finalement que la grandeur chez l’homme est ailleurs et que souvent, elle doit attendre le nombre des années pour s’épanouir.

En vieillissant, il est clair que l’on gagne sur certains plans et que l’on perd sur d’autres. Comme on ne peut revenir en arrière il vaut mieux accepter graduellement de changer de décor et de passer à une autre pièce théâtre de la vie. Le fait de vivre de nouvelles émotions est gratifiant, si elles sont adaptées à notre contexte de retraite. C’est un gage de nombreuses années de bien-être personnel.Le pont de la Rivière KwaÏ n°3

 La Thaïlande

La tranquillité de l’esprit, quel que soit la forme qu’elle prenne fait partie des vertus associées à la retraite. J’ai voyagé, visité le monde. Faire des connaissances, créer des amitiés fut pour moi un parfum d’éternité.Balade en radeauQUAND LA MALADIE TE TOMBE DESSUS

Il y a un an, je me suis réveillée à l’hôpital : Arrêt Cardiaque, A V C , infection  aux poumons ,  côté gauche paralysé, perte de l’œil gauche la TOTALE ! Pourtant j’avais  toujours eu un mode de vie sain.  je ne fume pas, ne bois pas, faisant du sport ne serait-ce que par mes voyages. Maintenant je me remet doucement, je persiste à avancer à mon rythme dans mes projets personnels. Mais je dois aussi revoir mes priorités : penser à moi, connaître mes limites, penser à mes médicaments en terme de consommation et surtout en terme de coût. Accepter et me dire que j’ai bien vécue.

A 86 ans, je garde encore l’ESPOIR de retrouver une liberté et une qualité de vie. Pour cela je me remet à Dieu, à Jésus et à sa Mère.

La GRATITUDE c’est le sentiment que j’éprouve pour mes proches, et aussi pour  ceux et celles qui sont présents pour moi, pour leur soutien, leurs prières.

La Gratitude c’est le mot magique qui veut dire MERCI. DSCN6681

 La Chine    Jardin chinois

INCOMPREHENSION : Que Faire ?

Lorsqu’on communique, les incompréhensions sont inévitables ! Celles-ci résultent de nombreux facteurs, de sorte qu’il n’existe pas de solutions toutes faites pour les éliminer. Par contre, une attitude ouverte et orientée vers la clarification permet de minimiser  leurs conséquences fâcheuses.

L’incompréhension fait partie de l’expérience de chacun. Nous connaissons tous la frustration de ne pas être compris par nos interlocuteurs. De même nous nous sommes tous retrouvés en face de personnes que nous n’arrivons pas à comprendre :  » Tu ne me comprends pas  »  !  « Tu ne peux juger  »  !    » C’est incompréhensible  » ! La communication alors est truffée  d’incompréhensions  . Alors que Faire ?    Approuver et se taire ! pour ne pas créer de conflits.

iL’incompréhension est le fruit d’une multitude de facteurs différents. Il n’est donc pas possible de proposer une solution valable pour toutes les  situations. Par contre, deux attitudes me semblent utiles de façon générale : La première consiste à ne pas rejeter la responsabilité de l’incompréhension sur l’autre uniquement.

La communication naît de l’interaction. Elle résulte du comportement de tous les interlocuteurs. On ne peut par conséquent jamais être certain que le problème provienne uniquement de l’autre.

thfdqyz6nbDans ce sens, des phrases comme   » Tu ne me comprends pas  » ! sont à bannir ,car elles sont accusatrices. Elles suggèrent que d’un côté tout est correct et que l’autre est entièrement responsable du problème. Pour relever une incompréhension, une phrase comme  » On ne s’est pas compris ! » me semble préférable.

Ecouter les autres est encore la meilleure façon d’entendre ce qu’ils disent.

Quand il nous arrive certaines choses, nous sommes abattus, mais lorsque le temps passe nous nous apercevons que Dieu avait voulu cela pour notre bien ou pour le bien des autres.

Laissons Dieu corriger nos plans et faire du nettoyage dans nos idées et nos projets, car nous ne savons pas ce qui est bon pour nous  LUI  oui !

En effets, les plans de Dieu à notre égard sont les meilleurs pour nous, même si nous le percevons pas sur le moment.

Toute cette confusion crée un mélange d’angoisse et de mal- être comme la mélancolie

Remplaçons :  La mélancolie par le   COURAGE.

Le doute par la CERTITUDE.

Le désespoir par la FOI.

L’orgueil par la MODESTIE.

 

 

 

DOULEUR, SAGESSE, RICHESSE, BONHEUR

Sois sage, ô ma douleur, et tiens toi plus tranquille !

Soyez béni, mon Dieu, qui donnez la souffrance comme un divin remède  à nos impuretés !

IL faut être toujours ivre, pour ne pas sentir l’horrible fardeau du temps qui brise mes épaules. IL faut s’enivrer sans trêve , de vin, de poésie ou de vertu !

A chaque minute  nous sommes  écrasés par l’idée et la sensation du Temps. Et il n’a que deux moyens pour échapper à ce cauchemar : Le PLAISIR  et le  TRAVAIL.

le Plaisir  nous use, le Travail fortifie !

Tous les chemins mènent-ils à Rome ?

Et les chemins du bonheur et de la sagesse, quels sont-ils?

La Sagesse commence dans l’émerveillement ; mais connaître les autres, c’est sagesse ! Se connaître soi-même, c’est sagesse supérieure.

Mieux vaut Sagesse que Richesse

Le bonheur réside-t-il dans la richesse matérielle ? NON ! car la beauté d’un homme brille davantage lorsqu’il conserve le bonheur , plutôt que lorsqu’il le laisse s’échapper …..!

Toutes les réalités matérielles sont prises dans une logique économiques, certes, mais uniquement pour la masse des gens superficiels qui ne connaissent rien en dehors de ces biens matériels qu’ils peuvent acquérir par l’argent. Le désir de la perfection suprême n’est jamais rassasié et semble être infini.

Le bonheur réside-t-il dans la reconnaissance ? NON, car le bonheur est à l’intérieur de la personne heureuse. Donc le bonheur ne consiste pas à être reconnu.

Tout vouloir , Tout obtenir rapidement, nous fait souvent passer à côté de la Vie sans que nous sachions en tirer profit !

La vrai richesse c’est celle qui réside dans le cœur ! Rien de tel que la Sérénité : qui procure le VRAI BONHEUR !

 » SAVOIR SE CONTENTER DE CE QUE L’ON A   » C’est    être   RICHE

dscn4260

 

DONNER est un mot arborescent

Un mot qui fait grandir Un mot talisman.

Un mot qui nous lie à l’humanité et porte mille leçons, sans les clamer. En lui, nul tapage mais le charme discret, de la générosité. On ne donne bien qu’avec le cœur.  Pourtant, le mot redoute la frivolité.

Donner la vie, la mort, sa parole, son amitié, donner à penser, donner du plaisir, de l’espoir, son temps….On ne badine pas  avec le don.  On est loin d’offrir, de léguer ou d’accorder. Donner : sans sonner, sans tonner , rien de bruyant.

Donner fait de chacun un géant, C’est un art de vivre. Plus qu’un art de vivre, un art de la grâce Une façon aérienne d’exister. Donner, s’alléger, transmettre. Mais attention, « la façon de donner vaut mieux que ce qu’on donne  » Donner propage autour de chaque être du rayonnement.  Un système solaire …. Le don n’est-il pas le plus beau cadeau que la main puisse faire à l’esprit ? Une façon d’être aux autres, et bien en vie. Beauté du geste, la vraie, celle qui transmet, assure perpétuation et circulation. Celle qui donne des ailes.

Une façon de s’affranchir, aussi de se libérer. D’atteindre au délié, sans crispation. être pour renaître. Donner est l’art de l’élévation,  Et si donner était notre forme suprême ? Je crois en ce dépassement de soi par le don.

Donner la meilleure part de nous mêmes…..

L’écrivain donne vie aux mondes enfouis, aux personnages, aux sensations. L’écrivain donne à voir.  Parce que comprendre, comme rêver, n’est pas donné. Sans le savoir, le monde est hiéroglyphes. Et sans cœur, il est muet.

DONNER. S’ABANDONNER. PARDONNER. sont des mots que j’aime, Peut être parce qu’ils  sèment.

Un rosier donnera des fleurs, la vigne donnera du raisin… et Nous ?

Que donnera-t-on ?

Que chacun en fasse son horizon.

Enrichissons nous  DONNONS !

 

État

MON âme ô mon âme !

En ce Mardi 20 Septembre 2016, je ne suis pas triste, mais je me pose des questions au sujet de l’AME

. C’est quoi l’âme ? d’où vient-t’elle ? Où  ira t’elle ? oui je suis croyante, mais je me fais tout de même des idées…… Ce n’est pas une peur, mais plutôt un acheminement ! Peut être aurai-je des réponses à ce vague à l’âme .bebe-j-claire                                                                       La jolie petite fille que j’étais  !

L’âme a ses nudités comme le corps, on juge l’âme par affinité à travers les paroles et le silence, les actions et le regard . J’ai peine à croire qu’en perdant ceux qu’on aime on conserve son âme entièreau-moulin-rouge-1959                                                                        Ma Sœur Yvette et moi en 1960

Surtout ne pas vendre son âme au Diable, c’est que DIEU  n’en sera pas acquéreur. Par contre il faut secouer l’âme quand elle est abattue.

L’âme, chez certains individus, est comme un instrument sonore où chaque grande émotion fait vibrer une corde nouvelle; meditation-de-thais-2                                                                                     Mon violon et Moi

Chez une âme délicate, toute révélation d’un sentiment tendre s’arrête, là où l’aveu commence. C’est comme une ébauche faite par une main pudique, elle ne nous montre que ce qu’il faut pour deviner le reste.

La jeunesse de l’âme est longue,   La vie de l’esprit est immortelle !

Pour exprimer son âme, on n’a que son visage ! Rien n’est aussi bon que d’avoir une belle âme : on la voit en toute chose comme au travers d’un cœur de cristal .

L’âme doit dominer le corps, la pensée précède l’action. L’ esprit n’a jamais produit que de jolies choses. Tout ce qui est véritablement beau vient de l’âmeca-belle-la-jeunesse                                                                      Le costume créole, un jour de carnaval !

La grandeur est la plus belle prérogative de l’âme et celle qui donne le mieux l’idée de sa noblesse de son élévation et de sa dignité.

Les plaies du corps se ferment, celles de l’âme restent toujours ouvertes!    l’Ame seule fait la physionomie, la nature ne donne que les traits !  L’âme a besoin d’être agitée par une douleur aiguë, ou par un plaisir vif.

Une âme sensible  fait de l’amour sa joie, son bonheur et ses plaisirs, et elle n’y renonce jamais.jeanne-et-ses-enfants                                                                        Une planche de ma vie