Esprit libre et se laisser guider intérieurement

L’inspiration vole

Comme des ballons

Dans la nuit, elle s’affole

Dans le jour, elle est sucrée comme des bonbons.

On la tient dans le creux de la main

Pour pas qu’elle s’envole trop loin

On l’oublie parfois

Elle nous revient grandi et avec plus de voix.

Les jours de bonheur, elle nous sourit

Et les jours de pluie, elle nous sauve de l’ennui

Elle saute dans nos mains ou sur le papier

Tenez-la bien ou elle va encore s’échapper.

Elle est coquine et nous joue des tours

Elle fait le contraire de ce qu’on lui dit

Elle joue trop souvent avec l’amour

Malgré nos efforts, elle est faite ainsi.

L’inspiration comme un ballon

Est joyeuse et rose bonbon

Elle nous en fait voir de toutes les couleurs

Mais fait tout pour éloigner le malheur.

On la met sur papier

Et elle s’empresse de créer un monde enchanté

Dans lequel il nous est permis de nous laisser aller

Elle nous emmène parfois très loin

Et décide souvent de nos actions de demain.

Les Cloches sont en voyage, mais reviendront !

Les cloches sont parties

Les grosses cloches les premières

Où les petites, que sait-on ? si diverties

Si pimpantes de s’en aller toutes légères !

Leur jupe bouffe autour d’elles

Et le battant ne dit rien

Comme un oiseau blotti dans une cage.

Elles volent sans ailes

Par des chemins à elles, très anciens

Des chemins bleus au dessus des nuages.

Les gros bourdons, parfois devant, parfois derrière

S’essoufflent à vouloir montrer qu’elles vont vite.

Et les petites cloches des couvents

Ou des églises de campagnes, si petites

Qu’elles semblent des gobelets d’enfants, si fières

D’aller quand même à Rome sont devant

Derrière, et partout à la fois, toutes légères.

Les enfants regardent en l’air, criant Bonjour !

Les gens d’âge lèvent aussi la tète

Mais ne les voient plus de leur yeux clignotants.

Et les enfants attendent leur retour

Comme une grande fête

Les gens d’âge attendent aussi, comme on attend

Quand on n’est plus bien sûr de croire aux œufs de Pâques…

Cependant, il faut croire aux miracles, toujours.

Resonnez les Matines, frère Jacques !

Je verrais les cloches reparaîtrent, se hâtant…

De leur jupes, sur les jardins, glisse autour d’elles

Tout le printemps de Rome, et de chaque battant

S’échapper , des alléluias, deux hirondelles

A l’approche de Pâques

Mon âme est pleine de cloches

Mon âme est pleine d’oiseaux

Je vois au miroir des eaux

Trembler les étoiles proches.

Mon âme est pleine d’églises

Mon âme est pleine de fleurs

Les enfants oublient leurs pleurs

A chanter parmi les brises.

Mon âme est pleine d’archanges

Mon âme est pleine d’essors

J’entends travailler les forts

Pour l’espoir d’un gain en change.

Mon âme est pleine de joie

Mon âme est pleine de dieux

Amour bande-moi les yeux

Pour me guider dans la voie

Casablanca ET SON MINARET

.