Aujourd’hui c’est mon anniversaire

Après avoir vécu une autre année, je suis reconnaissante à Dieu de m’avoir tant bénie

Joyeux anniversaire à moi.

C’est une journée parfaite pour tous et chacun de me souhaiter un joyeux anniversaire.

Alors joyeux anniversaire, amour, moi.

Aujourd’hui , je vais faire la fête comme si j’avais toutes les bonnes excuses, parce que je le fais ! C’est mon anniversaire.

Joyeux anniversaire à moi !

Je suis une sur un million ! je suis intelligente ! je suis belle ! j’ai encore un an de plus et une année de plus sage ! Waouh !

Je crois que je suis l’équivalent d’un bon vin ou d’un délicieux vieux fromage. Le plus vieux sera le mieux. Je suis ravie d’être encore un an de plus aujourd’hui !

Joyeux anniversaire à moi !

Si cela ne tenait qu’à moi, je passerais la soirée à regarder Télénovela ou la Band à Mano.

Mais ma Fille  est avec moi  pour fêter mon anniversaire, alors il faut bien  marquer ce beau jour et boire du champagne et manger du gâteau, faire de ce jour un gentil partage avec des amis.

Puisque c’est aujourd’hui mon anniversaire, c’est exactement ce que je vais faire.

Joyeux anniversaire à moi !

Capture d’écran 2019-05-01 à 13.15.17

L’âme du Violon qui se meurt

Elle perdit d’abord et par degrés sa voix

Qu’elle avait chaude et grave, émue et pénétrante

Comme la voix du loriot au fond des bois….

En l’ écoutant chanter pour ses amis, parfois,

Même quand nul encor ne la savait souffrante,

Je me sentis le coeur traversé du soupçon

Qu’elle leur donnait trop de son âme vibrante,

Que son air s’achevait en un  furtif frisson,

Et que l’archet un jour plierait sous la chanson.

 

Et soudain confirmant et dépassant mes craintes,

Un mal lâche et sournois la saisit au gosier,

Comme pour empêcher ses plaintes,

Et l’étouffa sous ses étreintes

Tel un serpent un rossignol dans un rosier….

Oh ! des mois entiers l’angoissante torture

D’entendre s’enrouer, tousser, tousser encor,

Tousser d’une toux rauque et suffocante et dure

Tant de beaux chants à l’aile d’or !

Chaque matin sentir plus lourde sa parole

La famille s’affole….

Puis ne plus rien d’entendre d’Elle -que les yeux !

 

La tendre femme, si bien douée et si peu fière

De tous ses autres dons, aimait pourtant celui

Par qui son âme toute entière

S’unissait à l’âme d’autrui :

Elle pleurait sa voix d’amour et de lumière,

Sans se douter encor que la Mort la voulait

Toute, et qu’avec sa voix son âme s’en allait….

 

Quand dans l’air tu te seras évanouie,

Perdue, ou bien plutôt, puisque rien ne se perd,

Très loin, très loin de tous à tout jamais enfuie,

Sans doute entrée au vaste et sublime concert

Où pour l’éternité Dieu fait ses symphonies

Avec toutes les voix dans son amour unies,

L’archet du violoniste retrouvera sa souplesse

Et accomplira une nouvelle jeunesse.

003_0014

 Méditation de Thaïs ! Souvenir de Ma Jeunesse !

 

Jeanne18