L’ennui au petit matin

C’est comme un vague à l’âme au matin pluvieux

Y a même mes yeux qui deviennent brumeux

doucement, tristement, le temps passe sur ma vie

Emportant avec lui la moindre de mes envies

 

J’ai égaré mon coeur, mon espoir dans une comédie

Perdu mon sourire, mon amour dans une tragédie

C’est juste un vide que je ressens là au creux de l’âme,

Comme une boule d’angoisse, un désarroi qui désarme.

 

Et lentement, j’imagine la vie avec d’autres couleurs

Dans mon monde, celle qui règne c’est celle du coeur

Et je voudrais comprendre pourquoi c’est si beau

Quand je m’envole, l’âme en paix vers ce renouveau.

 

Au terme ma vieillesse, j’écris le livre du destin

Comme on lit une histoire gravée sur un parchemin

Je fais de cette parodie, la plus belle des aquarelles

Comme on peint un tableau aux couleurs de l’éternel.

 

J’aimerai que le désespoir baisse les armes

Que les sourires, les éclats de rires remplacent les larmes

Que l’amour et l’amitié s’érigent comme des prêtresses

Au non de Dieu qui accomplit toutes ses promesses

 

Mon Dieu , j’entends ton appel qui m’attire

Y a plus rien à faire, qu’écouter tes désirs

C’est comme une douceur à travers moi

Et toutes ces pensées qui dansent, me rapprochent de Toi.