Le Départ

Perdue dans l’embrasure où la porte t’enferme

Tes yeux sillaient de joie, mais ta bouche pleurait

J’attendais, je partais, toute indécis et ferme

Mais saisi par ton coeur que j’allais emporter.

J’ai ce coeur aujourd’hui

Qui bat mon coeur meurtri

Mais que ne suis-je mort, plutôt que parti !