Charité et Espérance

Les méchants m’ont vanté leurs mensonges frivoles

Mais je n’aime que les paroles

De l’éternelle vérité

Remplie d’un feu qui m’inspire

Je consacre aujourd’hui ma Lyre

A la céleste Charité.

Que sert à mon esprit de percer les abîmes

Des mystères les plus sublimes

Et de lire dans l’avenir

Sans amour, ma science est vaine

Comme le songe, dont à peine

Il reste un léger souvenir.

Quand mes mains de tout mon héritage

Aux pauvres feraient le partage

Libre d’ambition, simple et sans artifices

Autant que je hais l’injustice

Autant la Vérité me plait

La tromperie me déplait.

.

Que peut la Colère farouche

Sur un coeur, que jamais ne touche

Le soin de son propre intérêt ?

L’amour sur tous les Dons l’emporte avec justice

De notre céleste édifice

La Foi vive est le fondement

La sainte Espérance l’élève

L’ardente Charité l’achève

Et l’assure éternellement.

Quand pourrai-je t’offrir, ô charité suprême

Au sein de la lumière même

Le cantique de mes soupirs

Et toujours brûlante pour ta gloire

Toujours puiser, et toujours boire

Dans la source des vrais plaisirs.