REFLEXION D’UNE GRAND-MERE

L’inexorable  glissage des ans

Quand j’étais enfant, j’étais pressée de faire partie des  » Grands008_0014

 

Encore dans les langes

La tête dans les nues

Innocente comme un ange

Et puis c’est arrivé

A quinze ans je rêvais à un bel avenir, au futur garçon qui me ferais sourire

A Vingt ans on commence à découvrir la Vie, le monde du travail, les joies , les petites peines. et surtout fière de mes attributs.003_0011003_0010

A trente  ans, le mariage, l’arrivée des enfants007_0004 Je  suis encore belle !

Mais un beau jour par hasard , je me regarde la tête dans un miroir Seigneur j’ai une , deux,  trois rides, des cernes sous les yeux. Constatation morbide :  J’ai pris un coup de vieux !!! Ma beauté détale Je ne comprends plus. j’ai  cinquante ans!!!

commence les ennuis,  les enfants sont partis. Il ne reste que le chien. Quand je rencontre des amies ,  je trouve qu’elles sont décaties,   Pourtant la vérité est là Moi aussi je deviens  » décatie »  et cela  fait un drôle d’effet.!!!

La perte  d’êtres chers.007_0049007_0042

Et plus tard  Soixante ans, soixante dix ans , il faut bien accepter la déchéance physique avec joie et sourire à la vie  en se souvenant de la jeunesse, des beaux jours passés. rien d’extraordinaire  il y a un temps pour tout

A quatre vint ans J’ai des petits enfants  , c’est chouette !

Bonne fête à toutes les grands-mères

 001_0070

Réflexion sur L’ARGENT

L’Argent est utile pour réaliser beaucoup d’œuvres de bien, pour faire progresser l’Humanité, mais s’il devient la seule raison de vivre, il détruit l’homme et ses liens avec le monde extérieur.

Combien de familles détruites pour des questions d’Argent : frères contre frères, père contre enfants ! une famille se déchirant pour un héritage, je trouve cela bien triste !

Parce que la première conséquence de l’attachement à l’argent est la destruction de l’individu et de qui lui est proche.

Quand une personne est attachée à l’argent, elle se détruit elle-même elle détruit la famille.

Bien sût, l’argent ne doit pas être diabolisé de manière absolue. L’argent sert à faire avancer tant de choses de bien, des travaux pour développer l’humanité. Ce qu’il faut condamner en revanche, c’est sa mauvaise utilisation. Rappelons nous les paroles prononcées de JESUS dans la parabole de  » l’HOMME RICHE  » contenue dans l’Evangile

 » QUI ACCUMULE DES TRESORS POUR SOI, NE S’ENRICHIT PAS ENVERS DIEU   »

D’où la mise en garde :  » faîtes attention et tenez-vous loin de toute cupidité « 

C’est elle en effet qui fait mal dans le rapport avec l’argent. C’est la tension constante à toujours avoir davantage  qui conduit à l’idolâtrie de l’argent et finit par détruire la relation avec les autres.

Parce que la Cupidité rend l’homme malade, en l’entraînant dans un cercle vicieux dans lequel toute pensée est faite en fonction de l’argent.

Du reste la caractéristique la plus dangereuse de la cupidité est celle d’être un instrument de l’idolâtrie.

De la cupidité, en effet, naît la   mutuelle défiance qui stérilise toutes les relations des hommes entre eux.

De la Cupidité, l’odieuse jalousie qui fait considérer comme un dommage pour soi, tout avantage d’autrui.

De la cupidité, le mesquin individualisme qui utilise et suborne tout à son avantage propre, sans s’occuper des autres, bien plus, en foulant cruellement tous leurs droits.

FAMILLES  déchirées  réconciliez vous !DSCN4723DSCN4734